samedi 19 novembre 2011

Accras aux crevettes

C'était le repas du pauvre aux Antilles : sur une base de farine, d'oignons et d'eau, on ajoute morue ou crevettes généralement, mais aussi poulet, ou légumes.


Recette pour 8 personnes :

Dans une terrine, mettre quatre grosses poignées de farine, deux oignons coupés en petits cubes, un petit bouquet de persil émincé, puis de l'eau froide pour obtenir une pâte ni trop liquide ni trop épaisse.
Mettre ensuite des crevettes, par exemple, coupées en petits morceaux ; poivrer, saler, mettre une pincée de bicarbonate de soude pour son effet levure. Il est possible d'ajouter du piment.
Couvrir et laisser reposer un quart d'heure au moins. La pâte peut être faite le matin pour le soir.
Les beignets sont faits dans une friteuse ou une poêle tapissée d'huile : on les glisse à la cuillère (valeur d'une demi-cuillère à soupe) dans l'huile.

MERCI à Jean-Pierre pour nous avoir montré cette recette dans la bonne humeur, à bientôt !

Colombo de poulet



Un atelier dans la bonne humeur !

On commence par couper le poulet en morceaux (le boucher peut s'en charger) ; conserver la carcasse qu'on coupe en morceaux également permet de donner bon goût à l'ensemble. Toute la peau du poulet est retirée.




On tapisse généreusement le fond d'un faitout d'huile ; quand elle est est chaude, on y jette 3 cuillerées à soupe de sucre roux jusqu'à obtention d'un caramel foncé. Le poulet est mis à dorer dans ce caramel et prend un couleur orangée bien engageante.

Une cuillère à soupe de colombo est alors saupoudrée sur le poulet. On prévoit de mettre un peu d'eau, si cela commence à attacher.

Ajouter deux oignons coupés en rondelles, 5 gousses d'ail pressées, une feuille de bois d'Inde (qu'on pourra remplacer par une feuille de laurier ?) coupée en quatre, du poivre et du sel.

On couvre alors à demi-hauteur d'eau chaude et on émiette les deux cubes or au-dessus.



On ajoute une cuillère à soupe de colombo, une poignée de persil haché, deux grosses pommes de terre coupées en cubes. Le tout mijote trois-quart d'heure.
Servir avec du riz.

Petit cake aux fruits

Toujours autant d'application et d'attention de la part des enfants en cuisine et des sourires qui en disent long sur le bonheur d'apprendre à cuisiner et à être entre copains.


Bravo à toutes et tous pour vos beaux cakes !



Pour les enfants de l'atelier du 19 novembre et les autres, voici donc la recette du petit cake aux fruits :




Ingrédients pour un grand cake :

150g de fruits secs (en macédoine ou panachés selon vos goûts : raisins secs, orange confite ...),
4 oeufs,
160g de beurre en pommade,
160g de sucre,
250g de farine pour gâteaux (la levure est intégrée),
1 pincée de sel.




- Dans une jatte, fouettez le beurre mou avec le sucre et le sel jusqu'à ce que le mélange soit crémeux. Incorporez les oeufs, puis la farine, les raisins et fruits.
- Mélangez bien le tout et versez dans un moule à cake beurré.
- Enfournez à chaud et laissez cuire 30 minutes à 50 minutes selon votre four.
- Laissez tiédir avant de démouler le gâteau.

A faire en série, le cake est idéal pour les goûters de la semaine. Les cakes varient à volonté : au chocolat, nature, au miel... aux amandes, aux noix ... ; ils se gardent plusieurs jours et sont même meilleurs après quelques jours de repos.

Petits toqués : à vos fourneaux !

mercredi 16 novembre 2011

Prochains ateliers ... déjà décembre !

Pour les fêtes de Noël et de fin d'année, Hugues vous invite à partager un moment convivial et pédagogique autour du canard et en particulier de son foie !

Classique préparation de fêtes, le foie gras sera donc à nouveau à l'honneur avec au programme, les mêmes techniques :


- cuisson au torchon,
- cuisson en terrine,
- confit d'oignons au chaudron.

Pour les plus jeunes, En Bout de Table proposent un "Noël alsacien" avec des petits sablés aux épices, des pains parfumés et des mendiants dans une petite boîte à offrir ou à partager en famille.

Le samedi 17 décembre 2011,
à la salle des fêtes de St Agathon
- De 10h à 12h30
3 euros / enfants,
10 à 12 places.

5 euros / adultes,- De 14h00 à 16h30/17h00
12 à 15 places.

Inscriptions :

Atelier adultes : Anne-Cécile, Nathalie, Katell, Patricia, Mathilde, Nadia, Carole, Claudie, Olivier, Marie-Annick, Christine, Mylène, Chantal, Christine, Karine, Sophie.
ATELIER COMPLET

Atelier enfants : Louise, Baptiste, Enorine, Elouan, Lise, Jean, Lise, Lali, Aristide, Timothée, Oriane, Agathe.
ATELIER COMPLET

Hugues qui encadrera cet atelier propose de commander les foies (français) ; ils seront à régler sur place lors de l'atelier selon le poids choisi.

Si vous désirez apporter "votre" foie signalez le nous par un message ci-dessous dans les commentaires, merci, brigitte.


La recette de Rougets / pour Mylène :
à bientôt Mylène.

Pour Olivier les infos et l'adresse pour les sushis (Vas-y de la part d'En bout de Table) :

mardi 1 novembre 2011

Confiture de citrouille aux raisins secs


Novembre, Halloween, ... les journées raccourcissent et les ombres s’allongent. Allons à la rencontre d’un monde fantastique qui fascine les petits, amateurs de déguisements et de bonbons, et les grands, amateurs de frissons… et profitons en pour réchauffer la maison avec des confitures de saison !

Ingrédients :
2 kg de citrouille
150 g de raisins secs
2 citrons non traités
2 kg de sucre cristallisé

- Laver les raisins et les faire tremper dans l'eau froide et un peu de Cognac 24 heures.
- Eplucher la citrouille. Couper la chair en cubes, mettre ces derniers dans une terrine avec le sucre et laisser macérer 24 heures.
- Le lendemain, égoutter les raisins.
- Laver les citrons, prélever leur zeste et couper les fruits en tranches.
- Mettre les raisins et les cubes de citrouilles dans une bassine à confiture accompagnés du citron.
- Faire cuire une heure à feu moyen.
- Mettre en pots.

Un petit extrait de texte savoureux sur le monde étrange des "invisibles"...
Le narrateur est confronté à des phénomènes étranges. Il pense qu’une créature, le Horla, s’est installée chez lui.

Julian-Damazy, illustrations pour Le Horla, Œuvres complètes illustrées de Guy de Maupassant, édition Ollendorff, 1903«Or, ayant dormi environ quarante minutes, je rouvris les yeux sans faire un mouvement, réveillé par je ne sais quelle émotion confuse et bizarre. Je ne vis rien d’abord, puis, tout à coup, il me sembla qu’une page du livre resté ouvert sur ma table venait de tourner toute seule. Aucun souffle d’air n’était entré par ma fenêtre. Je fus surpris et j’attendis.

Au bout de quatre minutes environ, je vis, je vis, oui, je vis de mes yeux une autre page se soulever et se rabattre sur la précédente, comme si un doigt l’eût feuilletée. Mon fauteuil était vide, semblait vide ; mais je compris qu’il était là, lui, assis à ma place et qu’il lisait. D’un bond furieux, d’un bond de bête révoltée, qui va éventrer son dompteur, je traversai ma chambre pour le saisir, pour l’étreindre, pour le tuer !... Mais mon siège, avant que je l’eusse atteint, se renversa comme si on eût fui devant moi... Ma table oscilla, ma lampe tomba et s’éteignit, et ma fenêtre se ferma comme si un malfaiteur surpris se fût élancé dans la nuit, en prenant à pleines mains les battants.
Donc, il s’était sauvé ; il avait eu peur, peur de moi, lui !»

«Donc les invisibles existent !» (Guy de Maupassant, Le Horla -1887)